Histoire porno gratuite de femmes très coquines

Les femmes françaises sont les plus coquines et les plus gourmandes de plaisir sexuel

Mon mari me fait découvrir le candaulisme et j'adore

Thématique(s) de ce récit porno gratuit : aucun

La troisième personne avec qui j'ai eu des rapports sexuels était mon mari, donc on ne peut pas dire que j'ai eu des moeurs légères. J'ai perdu ma virginité à l'âge de 18 ans lors d'une soirée étudiante arrosée et je n'étais pas du tout impressionnée par toute cette histoire de sexe. Le deuxième homme est arrivé deux ans plus tard ; il a été mon premier amour à long terme, enfin quelques mois en tout cas. Puis il y a eu Paul, nous sommes sortis ensemble, nous nous sommes fiancés et finalement mariés. Je ne savais pas et je me fichais de savoir si notre vie sexuelle était bonne ou non, elle était suffisamment bonne pour moi. Nous avions et avons toujours des relations sexuelles régulières et il me fait jouir le plus souvent, j'étais satisfaite.

La troisième personne avec qui j'ai eu des rapports sexuels était mon mari, donc on ne peut pas dire que j'ai eu des moeurs légères. J'ai perdu ma virginité à l'âge de 18 ans lors d'une soirée étudiante arrosée et je n'étais pas du tout impressionnée par toute cette histoire de sexe. Le deuxième homme est arrivé deux ans plus tard ; il a été mon premier amour à long terme, enfin quelques mois en tout cas. Puis il y a eu Paul, nous sommes sortis ensemble, nous nous sommes fiancés et finalement mariés. Je ne savais pas et je me fichais de savoir si notre vie sexuelle était bonne ou non, elle était suffisamment bonne pour moi. Nous avions et avons toujours des relations sexuelles régulières et il me fait jouir le plus souvent, j'étais satisfaite.
Nous fêtions nos 10 ans de mariage et mon 35e anniversaire par des vacances à l'étranger. Nous essayions d'avoir un enfant depuis presque un an et nous espérions que notre voyage à Rome serait la clé, mais au fond de moi, je savais que ce n'était pas le cas. Dans des moments plus calmes, j'avais réfléchi à l'inévitable tic-tac de mon horloge biologique et j'étais vaguement consciente que quelque chose n'était peut-être pas parfait, que quelque chose manquait peut-être à ma vie, mais je n'avais aucune idée de ce que c'était. Tout au long du voyage de retour en avion et en voiture, je me suis sentie particulièrement déprimée et je savais que je contrariais Paul avec mon humeur maussade en ce qui aurait dû être un jour très heureux pour nous.
En quittant l'aéroport en voiture, nous nous sommes arrêtés à une station-service sur l'autoroute. Je venais de quitter les toilettes pour dames où j'avais pleuré un peu lorsque j'ai rencontré l'homme qui allait devenir mon amant et ma réaction immédiate a été la confusion. J'aurais dû me détourner mais son regard de désir éhonté m'a soulevée d'une manière dont j'avais vraiment besoin à ce moment-là. Je ne sais pas comment c'est arrivé, mais nous nous sommes heurtés et nous avons ri en essayant de nous calmer et de nous excuser au même moment.

Un peu plus tard, je me trouvais juste derrière ce même inconnu dans la file d'attente pour un café et j'ai été submergé par sa présence. Le choc que j'ai ressenti m'a fait perdre pied alors que mon esprit le voyait caresser mon corps, me faire l'amour et me féconder. Je n'avais jamais rêvé d'être aimée par un autre homme auparavant et l'intensité de ce rêve unique m'a fait vaciller. J'avais parfois imaginé, d'un point de vue artistique, à quoi ressemblerait tel ou tel homme nu, mais je n'avais jamais pensé au sexe, qui n'était pas si important pour moi.
Paul nous a guidés vers la table voisine de ce même homme et, tandis que nous buvions notre café, il a commencé à parler de l'étranger, à parler de ce qu'il avait vu dans les toilettes pour hommes. J'étais déjà culpabilisée par mes sentiments dans la file d'attente et je voulais juste qu'il change de sujet. La façon animée dont Paul parlait et son expression laissaient entrevoir ce qu'il voulait que je fasse et j'étais effrayée, j'ai commencé à paniquer. Non. Je sais vraiment que mon mari m'aime, alors j'ai rejeté ces pensées terrifiantes et j'ai mis ma terreur irrationnelle sur le compte de ces mauvaises pensées et de mon humeur maussade, et ma panique s'est calmée. Je ne comprenais pas pourquoi Paul était si intéressé à parler de la taille du pénis d'un autre homme.
Je l'ai regardé, il est vrai qu'il était beau garçon. Les spéculations que j'avais eues sur les hommes avaient rarement impliqué un homme noir, non pas que je n'aie pas trouvé certains hommes noirs beaux, certaines stars du cinéma ou de la musique et autres sont sympathiques et la lumière réagit bien aux couleurs de peau plus foncées. Cet homme était très beau, grand et mince mais bien musclé, il prenait manifestement soin de lui ; il était très bien habillé et était manifestement un homme confiant. Il était très bien habillé et avait manifestement confiance en lui. Il ressemblait un peu à l'une de ces stars de cinéma que je trouvais séduisantes. Je me suis rendu compte que pendant que je l'étudiais, il me regardait et souriait. Il m'a fait un clin d'oeil et je suis sûre que j'ai rougi de honte d'avoir été surprise.
Cela m'a rendu encore plus furieuse contre moi-même et j'étais de plus en plus en colère contre Paul. J'aurais voulu qu'il laisse tomber, alors j'ai commencé à le taquiner avec un peu de psychologie inversée ; en lui disant l'effet que cet homme avait eu sur moi, j'espérais le choquer pour qu'il laisse tomber le sujet, mais ça s'est retourné contre moi. Sa réaction m'a dit exactement à quel point il était excité et ce qu'il voulait qu'il se passe, exactement à quel point il voulait que je fasse l'amour avec cet homme. Non, absolument pas, je n'ai jamais envisagé l'infidélité, j'aime mon mari et je n'envisagerais jamais un autre homme.
Puis il m'a demandé et c'était plus un appel, l'excitation dans sa voix et ces mots ont brûlé dans mon esprit "Chris ! Veux-tu... vraiment ?" C'était choquant, pour une raison quelconque, Paul voulait que je sois infidèle, que sa femme fasse l'amour avec un autre homme, pas n'importe quel homme, mais cet homme prétendument exceptionnellement bien doté en particulier.
Ma réaction immédiate a été le dégoût, puis la culpabilité pour mes pensées antérieures et j'ai suivi mon cœur et lui ai dit non. J'étais livide, à l'instant où le mot est sorti de ma bouche, son expression est passée de la rougeur de l'excitation au rejet total. Je me suis souvenue du désir dans les yeux de l'étranger et du flot de désir coupable qu'il avait créé en moi. J'ai commencé à me sentir très vilaine, j'ai jeté un coup d'oeil à l'étranger et les mots "Voudrais-tu... vraiment" ont résonné dans mon esprit. - Je le ferais ? Non... Définitivement non, comment pourrais-je même penser une telle chose ? Il était vraiment très beau et il me regardait toujours avec ces yeux lascifs... absolument pas. Je me suis retournée vers Paul et j'ai pu lire la déception sur son visage, il voulait vraiment que je fasse l'amour avec cet homme. Non... Définitivement pas. Mais à mon grand étonnement, j'ai réalisé que j'avais dit "ok".
Il n'a pas fallu longtemps pour passer de mon "non" venimeux à mon doux "ok". Tout le café semblait s'être tu et je suis restée assise quelques instants dans un silence stupéfiant, ne croyant pas ce que j'avais dit. Quelle sorte de femme suis-je ? Quelle sorte de femme pouvait accepter une proposition comme celle-là ? J'étais en colère contre moi-même et contre Paul qui me l'avait demandé, et j'étais stupéfaite d'avoir pu accepter. Quelle sorte de personne pourrait envisager de faire l'amour avec un inconnu ? Cette seule pensée a fait naître en moi une excitation illicite et au moment où j'ai demandé à Paul de demander à l'inconnu de se joindre à nous, l'homme s'est levé et est parti. J'étais extrêmement soulagée et j'allais avoir des mots forts avec Paul quand nous rentrerions à la maison, mais pour être franche, j'étais peut-être un peu déçue.
Quelques minutes plus tard, nous l'avons revu sur le parking. Comment se comporter dans une telle situation ? J'avais accepté et je détestais ça, je me détestais moi-même, une trahison de tout ce qui m'était cher, mais pour faire plaisir à Paul, j'avais accepté et Paul semblait si impatient et je ne pouvais pas le décevoir, alors je lui ai demandé une nouvelle fois d'approcher l'étranger.
Paul lui a parlé et il s'est retourné pour s'éloigner et le fond de mon monde s'est écroulé. C'est étrange que je ressente une telle déception pour quelqu'un que je ne connais pas. Honnêtement, je ne sais pas ce qui m'a pris ; cet étranger avait déclenché des sentiments méchants qui m'ont mis en colère et m'ont fait me sentir terriblement mal à l'intérieur et pourtant si différent, si excité. Avec des papillons dans l'estomac et un petit flot de chaleur humide, j'ai tendu la main à l'étranger et j'ai frissonné intérieurement en l'embrassant. Une fois de plus, ce sentiment puissant m'a envahie, ce sentiment qu'il me faisait l'amour et qu'il m'inséminait, mais cette fois-ci avec l'intuition de ce que Paul m'avait dit. Je tremblais de peur et de désir à l'idée de son corps contre le mien, de son pénis, de son énorme pénis en moi.

Je me suis éloignée de mon mari avec un parfait inconnu et je me suis sentie si minable. J'avais une peur bleue et je sentais mon cœur battre dans ma poitrine, des papillons dans mon estomac, mes jambes tremblaient et je marchais dans des bottes à talons hauts qui me semblaient très instables. J'avais la tête qui tournait, me traitant de noms horribles, "salope, pute, traînée", mais j'étais tellement excitée.
J'étais tellement gênée quand je nous ai enregistrés à l'hôtel et en montant dans la chambre, j'ai commencé à réaliser à quel point Paul avait insisté sur la taille du pénis de cet inconnu, son pénis flaccide. Paul passe d'environ un pouce et demi, peut-être deux pouces à presque cinq pouces, quelle taille atteindraient cinq ou six pouces flaccides ? Il est plus gros à l'état flaccide que Paul en érection, il va être énorme en érection. Il va être trop grand pour moi, et s'il est trop grand ? Une terreur abjecte a commencé à me parcourir et, lorsque nous sommes arrivés dans la chambre, je me sentais physiquement malade et sur le point de m'enfuir.
Une fois dans la pièce, nous nous sommes retrouvés face à face, je ne savais pas quoi faire. Il m'a pris la main et m'a dit : "Tu as de l'appréhension, il n'est pas trop tard et je comprendrais que tu partes". Je me sentais très confuse, coupable et pleine d'appréhension et j'avais envie de fuir, mais je ne pouvais pas décevoir Paul et j'avais de telles sensations de ver dans le ventre.
Il s'est arrêté quelques secondes, me regardant profondément dans les yeux comme s'il essayait de lire dans mes pensées. S'il avait pu voir mes pensées, il aurait vu une terreur abjecte. Je suis tout à fait capable de me tenir devant un conseil d'administration composé d'hommes d'affaires intransigeants et de présenter une proposition valant des milliers de livres sterling, mais toute cette situation dépassait mon expérience. J'étais alarmé par les sensations que cet étranger avait éveillées en moi. J'étais terrifiée par ce qui se passerait si j'aimais ça et j'étais pétrifiée à l'idée de ne pas aimer ça. J'avais peur qu'il soit trop grand pour moi et qu'il me blesse ou m'endommage. J'avais peur d'être trop inexpérimentée et d'embarrasser à la fois l'étranger et moi-même. J'étais terrifiée par les dommages que le sexe avec un autre homme pourrait causer à nos vies. Plus que tout, j'étais horrifiée à l'idée de perdre Paul, de perdre notre mariage. Non, ce n'est pas bien, je sors d'ici.
Je me demandais quoi dire, comment m'excuser et m'excuser quand il s'est approché un peu plus près, a attrapé mon autre main et m'a regardé profondément dans les yeux, son visage était si proche du mien que je pouvais sentir son souffle et son odeur de masculinité. Je tremblais de peur, mon cœur s'emballait, mon estomac frémissait de papillons et mes jambes étaient comme de la gelée. Son arôme chaud et érotique se répandait sur moi et je sentais que ma culotte devenait humide à cause d'un autre jet de chaleur humide. J'étais terrifiée à l'idée qu'il allait m'embrasser, me caresser, me tripoter dans un endroit intime, mais au lieu de cela, il a parlé. Je me souviendrai toujours de ce qu'il a dit.
"Vous êtes vraiment une femme très belle et très désirable et je pense que votre mari a complètement perdu la tête. Vous pensez que vous lui êtes infidèle, et pourtant..."
Il s'est arrêté une seconde ou deux pour étudier mon visage. "Je vais être parfaitement honnête avec vous et peut-être un peu plus cru que je ne devrais l'être. Tu es aussi chaude qu'on puisse l'être ; je bande comme un fou rien qu'en te regardant et j'ai vraiment envie de te baiser en ce moment. Je veux lécher ton clito, enfoncer ma langue dans ta chatte et goûter ton jus. Je veux sentir la chaleur glissante de ta chatte caresser ma queue. Je veux que tu me supplies, que tu cries pour que je te baise et je veux te baiser jusqu'à ce que tu me supplies d'arrêter et te remplir de tellement de sperme que tu vas gargouiller en criant pour que j'arrête. J'ai tellement envie de te baiser que je n'ai pensé à rien d'autre depuis que nous nous sommes croisés, alors j'admets que je serais déçu si tu te retirais. Tu sais que ton mari veut que cela arrive, il doit être fou mais il veut que je te baise. Il veut que tu sentes ma bite en toi pour que tu ne puisses pas le tromper ? Je suis sûr que vous pensez que vous êtes ici pour lui faire plaisir, mais je pense qu'au fond de vous, vous voulez que je vous baise. Qu'est-ce que vous en dites ?"
Personne ne m'avait jamais parlé en des termes aussi bas. J'étais mortifiée que des propos aussi sales et explicites m'excitent autant que ça. Qu'est-ce que je voulais ? Je ne sais pas, je voulais vraiment qu'il me fasse l'amour, ce n'est pas possible, je suis une femme mariée. Savoir que c'était ce que Paul voulait n'a fait qu'empirer les choses, j'étais si confuse et je savais que ma dernière chance d'échapper à cette situation horrible et érotique s'éloignait rapidement. Qu'est-ce que je veux ? Il tenait mes mains et me regardait profondément dans les yeux, ses yeux étincelaient de luxure, il a dit, "J'ai besoin de toi maintenant".
À ce jour, je ne sais pas si c'est ce discours vulgairement séduisant ou la vitalité de ce "J'ai besoin de toi maintenant" qui a finalement fait pencher la balance.

Il m'a attiré contre lui, m'a pris dans ses bras et a commencé à me caresser l'épaule tout doucement. Il a approché ses lèvres des miennes et a dégagé les bretelles de mes épaules tandis que son toucher plumeux faisait monter mon désir. Il a fait glisser ma robe vers le bas et a défait mon soutien-gorge, mes seins étaient libres. Un parfait inconnu a pris un de mes seins dans une main, l'autre main a trouvé le bas de mon dos et il m'a attirée fermement contre son corps ferme. Sa chaleur et la pression de son corps musclé m'ont attirée, sa virilité épaisse et dure a bombé contre mon ventre.
Nous nous sommes embrassés passionnément, chacun explorant la bouche chaude et sensuelle de l'autre, nos langues s'agitant, se touchant et se caressant, sa main a glissé vers ma taille puis vers mes fesses, il m'a attirée contre lui et a fait travailler sa virilité contre moi. Il a glissé une main entre nous et a commencé à caresser mon monticule et à me masser doucement. Je l'ai entouré de mes bras et l'ai serré contre moi.
J'étais là, dans une chambre d'hôtel, en train de me faire embrasser de la manière la plus passionnée qui soit par un parfait inconnu, avec la certitude que nous allions bientôt faire l'amour et, à ma grande honte, j'étais impatiente. Son arôme exquis et érotique a dévasté mes sens. Je me suis sentie si coupable, si basse, si sale, si choquée, si vilaine, si totalement immorale et si très, très excitée lorsque cet inconnu a pris un téton entre ses lèvres. Il m'a taquiné avec ses lèvres et sa langue jusqu'à ce que je commence à me raffermir. Avec son doigt et son pouce, il a fait de même avec mon autre téton avant de glisser vers le bas en embrassant doucement mon ventre à travers la soie de ma robe. Il s'est agenouillé devant moi et a fait glisser ma robe sur mes hanches puis a baissé ma culotte. Je tremblais lorsqu'il a soufflé sur mes poils pubiens et a fait tourner le long et lent souffle autour de moi. J'ai ressenti l'envie, le besoin d'écarter mes jambes, de lui ouvrir la voie pour qu'il puisse accéder à mes parties les plus intimes. Il m'a écartée et lorsqu'il a soufflé sur mon clitoris, mes tremblements se sont intensifiés, puis sa langue était là. J'ai cru que mes jambes allaient céder, ce qui m'a empêchée de tomber au sol, c'est sa main sur mes fesses qui me pressait contre son visage.
Ma robe s'est resserrée autour de mes déchets, mes seins étaient libres, mes tétons durs, ma culotte jetée. Je portais une paire de bottines Givenchy qu'il était impossible d'enlever. Mes jambes étaient droites et écartées et un parfait inconnu, un inconnu tout habillé, était à genoux devant moi et caressait mon endroit le plus intime. Étrangement, j'ai pensé que cela ferait la plus belle des photos, avec un contre-jour et prise directement en face de moi, dos à l'appareil.
J'étais proche, je pouvais sentir la tension monter, ma respiration devenait superficielle et haletante et il enfonçait son visage en moi plus fort, me léchant plus intensément. Il continuait à me lécher alors qu'il me guidait vers le bord du lit. En me descendant, mes jambes se sont écartées davantage et sa langue a ouvert mes lèvres, je les ai écartées et il a enfoncé sa langue en moi.
Les mouvements rapides, féroces et rapides ont stimulé mes lèvres, mon vagin, mon clitoris, il a même introduit le bout de sa langue dans mon anus. Il est revenu pour masser mon clitoris avec sa langue et j'ai senti un doigt entrer en moi, non, pas un mais les quatre je crois, je me suis ouverte pour l'accepter et il a poussé ses doigts en moi. Il a commencé à masser mon vagin pendant qu'il suçait mon clitoris, Oh mon Dieu, comme je suis venue, un orgasme profond et intense comme je n'en avais jamais connu auparavant.
Pourquoi Paul m'avait-il mise dans cette situation ? Pourquoi m'a-t-il fait ça ? Est-ce que je jouis comme ça parce que ce n'est pas Paul mais un étranger ? Comment puis-je lui faire face après ça ? Je vais mourir de honte. Qu'est-ce que je peux lui dire après ça ? Comment lui dire, lui expliquer que c'est exquis, que cet inconnu m'a fait jouir si vite et si fort ? Pourquoi Paul ne m'avait-il jamais fait jouir comme ça ? Oh, pourquoi Paul ne m'avait-il jamais fait ça avant ?

Alors que je tremblais à l'intérieur, il a grimpé le long de mon corps et a tripoté sa fermeture éclair, puis j'ai ressenti une douleur, une petite douleur d'étirement lorsque je me suis ouverte et qu'il a enfoncé la tête de son pénis en moi. Je pouvais sentir le contour de la lèvre quand il est entré en moi. Je pouvais sentir cette crête passer dans mon vagin. Il m'étirait au-delà de toute endurance et je ne pouvais m'empêcher de laisser échapper un gémissement, puis un sanglot. Alors que j'essayais de l'éloigner de moi, il a redressé ses bras en écartant le haut de son corps de moi et il a continué à se forcer à entrer en moi. Comme ses bras se sont verrouillés, il a poussé.
Je ne suis pas sûre de ce qui s'est passé, si j'ai crié ou si je me suis évanouie, tout ce que je sais, c'est que j'étais déchirée par la douleur, avec la sensation d'être complètement étirée et remplie. Il s'est figé avec une partie beaucoup trop importante de son pénis implanté en moi et après une vie entière, la douleur a commencé à diminuer, passant d'atroce à simplement insupportable. Le soulagement m'a inondé quand il a commencé à se retirer et juste au moment où il était sur le point de se retirer complètement, il a poussé à nouveau. Les premières fois, j'ai eu mal car il pénétrait de plus en plus profondément à chaque mouvement, puis j'ai atteint une toute nouvelle dimension de torture ; j'étais étirée au-delà de l'endurance quand il a touché quelque chose d'impitoyable au fond de moi. Plus j'essayais de le repousser, plus il m'enfonçait son horrible pénis et plus la douleur intense et profonde au creux de mon estomac s'intensifiait. Non... Non, il est trop gros. Il est vraiment trop gros, je ne peux pas le supporter, c'est sûrement comme accoucher (je peux vous dire maintenant que ce n'est pas comparable) et comme je criais pour qu'il le retire, quelque chose a bougé en moi. Il a poussé plus profondément et alors que la tension et la douleur explosaient de mon corps, une sensation écrasante de plaisir, de pression, de libération et de luxure m'a enveloppée. Son énorme et épais pénis noir m'a complètement remplie et j'ai eu un orgasme explosif d'une violence inouïe.
Je me suis souvenue d'une fille à l'université qui vantait les mérites de l'énorme pénis de son petit ami de l'époque. Maintenant, j'enviais cette fille et je trouvais étrange de penser à une fille que je n'avais pas vue depuis plus de 15 ans alors que les vagues de l'orgasme le plus stupéfiant de tous les temps se répandaient dans mon corps.
Et l'étranger se reposait avec son pénis complètement enfoncé en moi, le dos arqué, son pubis poussé contre le mien et il émettait de petits gémissements et grognements tandis que mon corps tremblait.
Étrange... Étranger... pourquoi l'étranger sonnerait-il comme une cloche dans mon cerveau ?
Alors que l'orgasme le plus stupéfiant commençait à diminuer, il a commencé à bouger à l'intérieur de moi, d'abord minutieusement, se balançant d'avant en arrière très lentement jusqu'à ce que j'aie envie de le supplier, de me baiser. Quoi ? Je ne pense pas comme ça, ça ne vient sûrement pas de mon esprit. Mais si, et j'avais envie de lui crier de me baiser, de me baiser fort, de me baiser comme je n'ai jamais été baisée auparavant, s'il te plaît, baise-moi. Il m'a souri et j'ai réalisé que je n'étais pas dans ma tête, j'avais en fait crié ces mots à haute voix, je l'avais supplié de me baiser.
Il a failli se retirer, puis il a eu un choc en s'enfonçant à nouveau en moi, puis il m'a pénétré à fond. Il a failli se retirer, puis ses hanches se sont abaissées pour que la tête de cet énorme membre frotte contre l'avant de mon vagin, puis il s'est redressé, propulsant cette magnifique longueur en moi et au dernier moment, ses hanches se sont levées pour que son os pubien frotte mon clitoris. Il a claqué en moi si vite, si fort et puis il s'est retiré si lentement. "Ooh yess ffffuck meee". Ses mouvements me rendaient vraiment folle et j'étais très proche de jouir à nouveau, en accumulant, non seulement à partir de mon clitoris mais aussi à l'intérieur de mon vagin. Kaboom... mes bras se sont écartés et se sont accrochés à ses épaules, mes jambes se sont levées et se sont enroulées autour de sa taille. J'ai essayé de me recroqueviller en le tirant vers moi, de me faire aussi petite que possible pour pouvoir sentir son pénis long, épais et exquis pénétrer plus profondément et m'étirer plus largement.
Je n'ai jamais pensé que faire l'amour, non, ce n'était définitivement pas faire l'amour, c'était baiser, être FUCKED, les majuscules sont importantes ici. Je n'ai jamais pensé qu'être FUCKED pouvait être si intense. La prise de conscience... Je n'ai jamais vraiment été baisé avant. Le mot que je pensais si grossier décrit parfaitement cet acte. Baisé, Baisé, j'ai été Baisé, j'ai été rempli complètement. FUCKED par un étranger ! Un parfait inconnu, un homme noir que j'avais vu pour la première fois il y a probablement moins de trente minutes, me FUCCULE comme je n'ai jamais été baisée auparavant. En vérité, je n'ai jamais été baisée avant, point final. Combien de temps depuis que je l'ai rencontré, quelle heure est-il, je me le demande ? Un étranger, qu'est-ce qui est si étrange chez un étranger ? Il m'avait embrassé à des endroits où Paul ne l'avait jamais fait et en ce moment même, son pénis est plus profond en moi que Paul ne pourrait jamais l'être. Cet étranger m'a fait jouir trois, ou était-ce quatre fois, beaucoup plus intensément que Paul n'avait jamais réussi à le faire en à peine plus de minutes ; je suis encore sous le choc du dernier orgasme, c'est pourquoi mon esprit s'interroge comme ça.
Je me suis retournée sur lui et me suis serrée autour de sa queue en criant "jouis, jouis maintenant, jouis en moi s'il te plaît". Je l'ai tiré fort en moi et il s'est enfoncé plus profondément en forçant les os pelviens à se contracter, une agonie exquise pulsait du plus profond de moi intensifiant mon orgasme alors qu'il poussait profondément en moi. J'ai senti son pénis se contracter, commencer à pulser puis palpiter alors que son sperme jaillissait en moi.
Dixième anniversaire, cela fait dix ans aujourd'hui que je suis mariée à Paul, en fait presque exactement dix ans à l'heure près et un parfait inconnu rencontré il y a moins d'une heure vient d'éjaculer profondément dans mon vagin. Un étranger... Il m'a remplie de son sperme, il a même mis sa langue dans mon anus pour l'amour de Dieu, jusqu'où un homme doit-il être personnel avant de... réaliser... Est-ce que ça se passe entre inconnus ? Est-ce que je dois connaître son nom ?
J'ai glouglouté "Je suis Chris, qui es-tu ?"
Son pénis s'est agité en moi pendant qu'on riait, il a haleté entre deux sanglots de rire alors que mon rire faisait se contracter et frémir mon vagin sur sa queue.
Eh bien c'était ça, il avait éjaculé, donc maintenant son pénis allait rétrécir, il roulerait hors de moi et cette magnifique virilité glisserait hors de moi, nous nous rangerions et irions chacun de notre côté. Je redoutais de partir chacun de son côté. "On pourrait refaire ça bientôt ?"

Comme je finissais de poser la question, il est sorti de moi d'un coup sec, a tourné sur le lit, sa tête est tombée entre mes jambes et il a commencé à m'embrasser, à me lécher, à me sucer et à me souffler. Je devais être trempée, il léchait son propre sperme, comment un homme peut-il faire ça ? J'étais hypnotisée par cette pensée et puis j'ai ouvert les yeux, son énorme pénis était à quelques centimètres de mon visage. Comment aurais-je pu survivre en ayant tout ça en moi ? Je dois admettre que je n'avais jamais vu celui de Paul de si près, mais même en le comparant à celui de mon mari, cet inconnu était vraiment énorme et magnifique à voir.
Je n'avais jamais touché Paul avec mes mains auparavant, mais j'ai tenté de toucher le pénis dur de cet inconnu, je l'ai caressé de la base à la pointe, le long du dessous, et il a frémi à mon contact. Je l'ai saisi près de la base en l'entourant de mes doigts et je l'ai serré un peu, il était chaud et ferme. J'ai remonté ma main le long de sa tige et une goutte de sperme a suinté de son extrémité. Je me demande ? J'ai léché la perle avec ma langue et je me suis sentie si vilaine que j'ai failli jouir à nouveau. Je m'attendais à un goût crémeux et j'ai été un peu déçue qu'il soit si salé, sinon il était plus ou moins insipide. J'ai tiré un peu plus et plus de sperme a coulé et je l'ai léché. J'ai embrassé et léché cette belle pointe violette et je me suis sentie si vilaine.
Ses soins en bas et mon esprit qui me disait à quel point j'étais méchante m'ont fait atteindre l'orgasme à nouveau, j'ai tremblé un peu et il s'est retiré. D'un seul mouvement souple, il s'est retrouvé à côté du lit, j'avais été retournée sur le ventre, il a passé la main sous moi et m'a tirée vers le haut pour que je sois à genoux sur le lit, puis il a poussé ma tête vers le bas et tiré mon derrière vers l'arrière pendant qu'il poussait. C'était dur et vigoureux et j'ai joui en quelques secondes. Il ne s'est pas arrêté, il a continué à enfoncer son engin en moi, et j'ai joui à nouveau, puis à nouveau, cette troisième fois, il ne s'est pas arrêté, ça n'a cessé de monter, de monter, de pic en pic, et il m'a encore baisée.
C'est ce qu'on appelle un orgasme multiple ? Oui, ça doit être ça, c'est reparti. J'aimerais que Paul soit là pour voir ça - pour me voir aller au paradis et en revenir encore et encore. Oh Paul, merci, tu m'as aidé à découvrir ce qui me manquait, c'est ce qui me manquait. Tu devais savoir que tu ne m'avais jamais réveillé, jamais baisé et jamais satisfait un besoin inconnu en moi. Oh, comme ça a dû te déchirer le coeur de penser que tu ne me satisfaisais pas. Je me demande depuis combien de temps tu le sais ? Combien de temps tu as attendu que ça arrive ? Depuis combien de temps le planifies-tu ? Tu me connais si bien, mieux que je ne me connais moi-même. Je me demande combien d'autres femmes dans ce monde n'ont jamais été baisées correctement ? Combien d'autres femmes ne réalisent pas ce qu'elles manquent ? C'est une pensée effrayante. Paul, il faut vraiment que tu voies ça, que tu me voies me faire baiser et pourquoi mon esprit se pose des questions comme ça à chaque fois que cet étranger me fait jouir.
J'ai été tiré de ma rêverie par les mains puissantes de l'inconnu qui me tiraient fort contre lui, mes fesses serrées contre lui, son énorme pénis épais qui me remplissait totalement et palpitait tandis que de nouveaux jets de son sperme déferlaient en moi. Les dernières traces de mon tout premier orgasme multiple se sont échappées de mon corps.

Nous étions allongés côte à côte sur le lit, j'étais complètement rassasiée et dans un état d'euphorie. L'étranger haletait encore de son effort. Son merveilleux pénis reposait dans ma main, pas complètement dur, mais encore ferme et lourd, et juste un peu flexible lorsque je le caressais. J'ai alors fait quelque chose que je n'avais jamais envisagé auparavant. J'ai commencé par embrasser sa poitrine en déboutonnant sa chemise. J'ai fait glisser la chemise sur ses larges épaules et j'ai dégagé ses bras musclés des manches. J'ai léché la sueur sur sa poitrine et embrassé ses tétons, puis j'ai embrassé et léché jusqu'à sa virilité. J'ai enlevé ses chaussures, puis j'ai fait descendre son caleçon jusqu'aux chevilles et j'ai fait passer son pantalon et son caleçon sur chaque pied pendant que j'embrassais et léchais ses cuisses. Je me suis agenouillé entre ses jambes, là où pendaient ses énormes testicules et où son pénis épais se courbait sur son ventre. Tout cela était nouveau pour moi, mais ce que je devais faire me semblait évident. J'ai soulevé ses testicules et léché le dessous de son scrotum ; une vague de son arôme érotique envahissant a inondé mes narines, le goût du sel et du sexe sur ma langue et j'ai senti un petit flot de plaisir dans mon vagin. Avant qu'il n'enfonce sa langue dans mon anus, ce qui m'avait procuré une sensation de méchanceté des plus inhabituelles, j'ai fait de même avec lui, léchant d'abord l'anneau serré et froncé, puis le sondant avec ma langue. Je n'avais jamais fait ça avant mais j'avais l'impression de faire la bonne chose. Ses jambes se sont relevées et sont tombées sur mes épaules, ses mains ont tenu ma tête et m'ont poussée vers lui. Ma langue a pénétré plus profondément, l'anus serré s'ouvrant pour ma langue et me serrant fermement. J'ai fait glisser ma langue vers ses testicules, je les ai léchés et embrassés puis je les ai reposés doucement. En commençant à la base, dans le creux entre les testicules et le pénis, j'ai lentement et délicatement léché et embrassé toute la longueur du renflement de la partie inférieure de son pénis. J'ai goûté le mélange de son sperme et de mon propre jus vaginal. J'ai atteint l'extrémité violette du bulbe et j'ai passé ma langue de haut en bas sur la crête du V, puis j'ai soulevé son pénis ferme mais flexible et j'ai pris sa magnificence entre mes lèvres et dans ma bouche. Je n'avais vraiment aucune idée de ce que je devais faire, mais c'est ce qu'on appelle sucer, alors je l'ai fait et je l'ai brossé avec ma langue en même temps. Paul m'avait demandé de faire ça pour lui et l'idée m'avait toujours révoltée et maintenant, librement de mon plein gré, je suçais une bite.
Il a gémi et s'est tendu, sa bite a glissé plus loin dans ma bouche et s'est enfoncée dans ma gorge, j'ai commencé à soupirer et à avoir des haut-le-coeur et il s'est retiré. J'ai frotté le bout avec ma langue, en le faisant tourner d'avant en arrière, puis j'ai saisi la base de sa bite et j'ai commencé à bouger ma tête de haut en bas en l'aspirant en moi. Il a durci et gonflé, forçant ma mâchoire à s'élargir, c'est devenu inconfortable mais j'étais déterminée à finir ce que j'avais commencé. Ma mâchoire était en feu et il a commencé à me pousser sur lui pour que sa bite pénètre à nouveau dans ma gorge, j'ai essayé d'aider en reculant avant de m'étouffer puis en avançant à nouveau. À chaque fois, j'avais l'impression qu'il s'enfonçait un peu plus dans ma gorge, puis son pénis a commencé à se contracter dans ma bouche et il a retiré ma tête de lui. Un épais jet blanc a jailli et a éclaboussé mes lèvres et mon nez. Son pénis dur a jailli vers le haut et le deuxième jet a jailli sur mon front et dans mes cheveux. Je le ramenais vers mes lèvres quand le troisième jet a jailli pour éclabousser mes cheveux qui pendaient ; je pouvais voir les gouttes qui pendaient là. Je suis allée trop loin et le quatrième jet a éclaboussé mon menton et mon cou avant que je ne parvienne à le ramener entre mes lèvres. J'ai senti les deux jets suivants frapper l'arrière de ma bouche et j'ai sucé et avalé, sucé et avalé. Alors que la dernière goutte de son sperme s'écoulait dans ma bouche, j'ai réalisé que j'avais sucé un homme jusqu'à l'éjaculation et que j'avais bu au moins une partie de son sperme. Cette journée était pleine de premières fois, première fois que j'étais infidèle, première fois qu'un homme me léchait l'anus et que je léchais l'anus d'un homme, mon premier orgasme multiple, la première fois que je suçais le pénis d'un homme, la première fois que je buvais du sperme. Qu'est-ce qui allait arriver ?

J'ai fait du thé et nous avons discuté. "Pourquoi ton mari voudrait-il que tu ailles avec un autre homme ?" a-t-il demandé.
Je lui ai dit ce que je croyais être vrai, que je pensais que Paul pensait qu'il ne me satisfaisait pas correctement, puis j'ai dit "après ce que tu viens de me dire, je suis encline à être d'accord. Je suis seulement désolée que Paul ne puisse pas le voir, je pense qu'il aimerait vraiment me voir si satisfaite".
"Pas de problème", il m'a redressée pour que je lui tourne le dos, m'a penchée en avant et s'est glissée en moi. La facilité avec laquelle il est entré en moi, comparée à la douleur atroce de la première fois, était béatement incroyable. Il m'a attrapé par la taille et m'a propulsé vers la fenêtre. Il a tendu le bras, tiré sur le cordon et je me suis retrouvée encadrée par une fenêtre donnant sur le monde extérieur, en train de me faire baiser par derrière par un étranger, à la vue de l'espace très public d'une station-service d'autoroute et du parking d'un hôtel. J'ai vu Paul et je l'ai salué.
Ce moment était si étrangement, si terrifiant et si érotique. L'excitation de Paul me voyant baisée par un autre homme était une chose. L'exposition totale dont je me délectais, le fait de savoir que d'autres personnes étaient probablement en train de me regarder me faire baiser, c'était autre chose. L'inquiétude que je ressentais à l'idée que l'une de ces personnes puisse être la police, que nous soyons arrêtés et que nous finissions au tribunal, que mon nom fasse la une des journaux, m'a fait presque jouir. Mais mon amant à grosse bite, c'est drôle, même si je ne connaissais toujours pas son nom, je commençais à le considérer comme un amant plutôt que comme un étranger. Mon amant à grosse bite était en train de me pénétrer et je commençais à être prise par la sensation alors qu'il me baisait jusqu'à un autre orgasme. Je pouvais voir Paul me regarder jouir, un homme debout à côté de lui lui parlait, Paul a répondu et je me suis demandé ce qu'il avait dit, avait-il dit à l'homme que j'étais sa femme ? J'espère vraiment que oui, je voulais crier au monde entier que j'avais bien été baisée.
Il a enfoncé une main dans mon bas-ventre, son autre main avait atteint et trouvé un sein, il m'a ramenée vers lui et m'a soulevée du sol avec son pénis tandis qu'il s'avançait pour me presser contre la fenêtre. Profondément empalé et totalement exposé, il a caressé mon clitoris et j'ai explosé à l'intérieur comme il a explosé en moi. Il m'a fait descendre sur le sol et quand il s'est retiré, j'ai senti son sperme s'écouler de moi et j'ai vu mon mari haleter.

Pas assez, je voulais que Paul soit ici avec moi, dans cette pièce, je voulais qu'il partage mon expérience. "Je peux lui demander de monter ?"
"Bien sûr, mais d'abord" et il a fait glisser ma robe vers le bas, je l'ai enlevée et pour la première fois je me suis tenue nue devant un autre homme que mon mari ou mon médecin, les bottes ne faisaient que rendre la situation plus érotique.

Je me suis assise sur le bord du lit et j'ai décroché le téléphone de chevet. Mon amant m'a poussée en arrière, s'est agenouillé entre mes jambes et a commencé à se frotter de haut en bas contre mon clitoris, puis à glisser vers mon vagin, à enfoncer la tête à l'intérieur de moi, puis à la retirer et à la faire glisser davantage vers mon anus. Il est remonté et la tête a juste glissé en moi puis est ressortie et a remonté vers mon clitoris. J'ai fait trois erreurs de numérotation, à la quatrième tentative, j'ai entendu la voix de mon mari, juste au moment où j'ai parlé, mon amant s'est propulsé en moi, j'ai haleté. C'était absurde, un autre homme me conduisait à l'orgasme tout en parlant à mon mari au téléphone. Non seulement absurde mais absolument exaltant, je vais jouir, j'ai réussi à lâcher le téléphone pour que Paul vienne dans la chambre, puis j'ai jeté le téléphone par terre alors qu'une autre vague de plaisir multiple et merveilleuse m'inondait.
Il m'a baisée vite et fort et a frotté mon clitoris vigoureusement avec ses doigts, juste après que j'ai hurlé de plaisir orgasmique, il s'est retiré de moi et m'a arrosée de sperme du visage au ventre. Il a glissé à nouveau en moi et a doucement accompagné mon orgasme en prenant ma main et en la frottant dans le sperme accumulé sur mon ventre.
On a frappé à la porte, elle s'est ouverte et Paul s'est tenu dans l'encadrement de la porte. Je ne l'avais jamais vu aussi excité, aussi étonné par ce qu'il avait vu auparavant. Mon amant s'est détaché de moi et la bouche de Paul s'est ouverte, il m'a regardée et j'ai su que je voulais qu'il m'aime là et maintenant, sous le regard de ce grand étranger noir et musclé qui m'avait donné tant de plaisir, qui m'avait remplie et couverte de sperme. J'ai parlé et Paul s'est avancé, il a débouclé sa ceinture et baissé son pantalon, il s'est penché sur moi et a embrassé mes lèvres, quand il s'est retiré pour s'agenouiller entre mes jambes, j'ai remarqué le reflet du sperme de mon amant sur ses lèvres et sur sa chemise. Il m'a embrassé sur les lèvres même si j'avais le sperme d'un autre homme à cet endroit, ce qui a dû lui demander beaucoup de courage. Son pénis est en quelque sorte entré en moi et j'ai eu l'impression que c'était différent, comme une chose fantomatique, presque pas là. Il s'est retiré et est tombé ; mon vagin devait être tellement mou qu'il n'a pas pu se maintenir en moi. Il a pris mes mains et il a dû voir le sperme qui coulait de ma main et de mon alliance, il est venu si vite. Je pouvais voir à son expression exquise et lointaine, à la tension frémissante de son corps, à la contraction de ses muscles et à son long soupir que cela lui faisait du bien.
Cet étranger noir avait prévu tout cela, le sperme scintillant sur mon corps, le sperme recouvrant mon alliance, lui couché à côté de nous avec son pénis drapé sur mon ventre. C'était conçu pour que mon mari n'ait aucun doute que quelqu'un d'autre m'avait baisée et je ne sais vraiment pas ce qui m'a pris alors. Je l'avais humilié, j'avais humilié mon mari, mon amour, mon partenaire dans la vie devant un étranger, j'étais mortifiée mais il semblait que Paul était très excité par sa honte. La vue de moi l'a fait jouir si rapidement, peut-être qu'il a senti qu'il m'avait laissé tomber et peut-être que j'ai senti qu'il l'avait fait, peut-être que j'en attendais trop mais je pouvais voir l'exaltation dans ses yeux. Quand j'ai prononcé ces mots horribles, il était excité à l'idée que je puisse dire quelque chose comme ça avec un étranger dans la pièce qui avait de toute évidence éveillé des sentiments aussi intenses en moi. Il a été excité par ce que j'ai dit et je pense qu'il a su à ce moment-là que l'élément manquant avait été trouvé.

Paul est retourné à la voiture et mon amant et moi avons baisé deux fois de plus. La dernière fois que nous avons baisé ce jour-là m'a ouvert les yeux plus que tout ce qui s'était passé au cours des deux heures précédentes. Il a commencé par caresser la tête de son pénis de haut en bas, laissant à nouveau le bout entrer en moi avant de le retirer, mais chaque fois qu'il atteignait mon anus, il poussait un peu plus fort. Non. Non. Je ne voulais pas ça et quand la tête a forcé en moi, j'ai crié quand il s'est enfoncé dans mon rectum. J'ai lutté pour le faire sortir, j'ai poussé avec mes mains, j'ai serré mes joues pour le faire sortir et j'ai donné des coups de pied. Alors que je me serrais contre lui, l'expression de pure méchanceté sur son visage m'a fait peur. J'avais une douleur atroce, une agonie pure et implacable et cet homme que je pensais être un amant se délectait de ma torture. Il se tenait avec la tête de son énorme pénis implantée dans mon anus et m'étirant au-delà de l'imagination. Après ce qui semblait être une vie d'angoisse, la douleur a commencé à s'atténuer et je me suis un peu détendue. Bientôt, il s'est glissé dans et hors de l'anus, jusqu'au bout, puis il y est retourné. Chaque fois que mon anus s'ouvrait pour lui ou se refermait lorsqu'il se retirait, je ressentais une vague de plaisir à laquelle je ne m'attendais pas.
Chaque fois que j'ai joui aujourd'hui, mon esprit a dérivé et s'est interrogé et maintenant je comprenais pourquoi. Je n'avais pas besoin de me concentrer pour avoir un orgasme. Avec Paul, je devais toujours me concentrer, forcer l'orgasme. Avec cet inconnu, l'orgasme arrive sans que j'aie besoin d'y penser, spontané, faisant ce qu'il doit faire à mon corps sans recours à mon esprit, laissant mon esprit libre pour d'autres choses. C'est bizarre, non ? Ou est-ce que c'est comme ça que ça devrait être ?
En réfléchissant à ces questions, j'ai compris que si j'y pensais, c'était parce que je jouissais.
Cet homme magnifique m'a fait jouir avec une puissance que je n'avais jamais connue. Que se passait-il maintenant ? Baiser mon cul me faisait jouir d'une manière complètement différente.
Mon vagin palpitait, je regardais avec horreur les jets successifs de liquide transparent jaillir de moi, sortir de moi et éclabousser son ventre. Les vagues de plaisir étaient écrasantes mais à quel prix. J'étais en panique totale, je fuyais, je ne fuyais pas mais je giclais, jaillissais, inondais le fluide corporel.
Je vais mourir ici, je vais mourir en me faisant enculer par un étranger. OK, ça y est. Un merveilleux mari m'a aimée et m'a fait ce cadeau. Mon seul regret est que je ne lui ai pas donné d'enfant... Pardonne-moi Paul... Je t'aime.
Je crois que j'ai crié cette dernière pensée et l'étranger a dû se rendre compte de ce qui se passait, que je paniquais. Il a arrêté de pousser, mais il est resté enfoui en moi. Il s'est penché en avant et m'a fermement saisi l'épaule et je pouvais l'entendre dire "C'est bon, c'est bon, c'est naturel, c'est parfaitement normal, regarde, ça s'est arrêté, ça ne t'est jamais arrivé avant ?". Toujours en panique, j'ai secoué la tête. "Cela va vous paraître artificiel, mais croyez-moi, je suis médecin. L'éjaculation vaginale est parfaitement normale et je peux vous assurer qu'il n'y a aucun problème."
Je me raccrochais à n'importe quoi quand j'ai demandé : "Vous êtes vraiment médecin ?"
Il a hoché la tête et a dit : "Chaque mot est vrai, chaque mot que je t'ai dit est une vérité absolue, oui je suis médecin et l'éjaculation vaginale est absolument normale. Maintenant, voulez-vous continuer ou devrions-nous terminer maintenant".
Me sentant un peu plus rassurée et avec la pression de sa bite épaisse et dure qui étirait mon sphincter anal, j'ai répondu "Continue" et il a baisé mon cul jusqu'à ce qu'il vienne. Au moment où il a commencé à gicler, il s'est enfoncé plus profondément en moi et je me suis étirée pour accepter la circonférence supplémentaire, j'ai ressenti une douleur profondément inconfortable dans mon estomac et j'ai baissé les yeux pour voir une bosse palpitante juste sous mon nombril.

Lorsque son éjaculation s'est calmée, il m'a dit "Paul".
J'ai répondu : "Quoi Paul ?"
"Tu m'as demandé mon nom, c'est Paul, Docteur Paul xxxxxxxx mais mes amis m'appellent simplement Paul, je pense qu'il est juste que toute femme qui me permet de jouir dans son cul soit une amie. Chris, tu es une femme exceptionnelle et tu sais que tu es seulement la troisième femme que j'ai rencontrée qui ne m'a pas supplié d'arrêter... insatiable, absolument exceptionnelle".
Nous avons échangé nos numéros de téléphone et avons convenu qu'il nous rendrait visite dans deux semaines et qu'il passerait peut-être la nuit chez nous. Je lui ai dit que je devais en discuter avec mon mari, mais que je ne pensais pas que ce serait un problème.

******************************

C'est l'histoire de mon point de vue, ce qui suit ne fait pas partie de l'histoire mais concerne les conséquences de ce jour fatidique qui ont changé la vie. Continuez à lire si vous souhaitez avoir un aperçu plus approfondi de cette histoire et de celles que Paul a écrites.

******************************

Rappelez-vous que c'était l'idée de mon mari, l'idée même d'avoir des relations sexuelles avec un autre homme me répugnait et je me suis soumise à sa volonté uniquement pour lui faire plaisir. En fin de compte, ce fut l'un des événements les plus importants et les plus libérateurs de notre vie. C'était il y a trois ans et notre vie a changé de tant de façons significatives. Notre amour l'un pour l'autre est toujours aussi fort que jamais, mais nous avons maintenant plusieurs dimensions supplémentaires dont nous ne soupçonnions même pas l'existence, et ces dimensions exigent une confiance implicite.
Voici quelques exemples de la confiance que nous avons l'un envers l'autre. Quelques mois après notre première rencontre, nous avons découvert que Paul était stérile, ce qui explique pourquoi je n'avais pas conçu. Avec le consentement de Paul, mon amant et ses amis ont remédié à cette situation et je suis tombée enceinte après un week-end très mouvementé. Quelques semaines plus tard, le partenaire de mon amant est décédé et il a fait une profonde dépression. Lorsqu'il l'a appris, pas par moi d'ailleurs, Paul m'a immédiatement envoyée chez mon amant avec la consigne de ne pas revenir à la maison avant qu'il ne soit sur pied, ce qui a pris dix semaines. J'ai été éloignée de mon mari pendant la majeure partie du premier trimestre de ma grossesse, ne le voyant qu'une fois et communiquant très rarement avec lui, dix semaines pendant lesquelles il travaillait jusqu'à 18 heures par jour, faisant mon travail en plus du sien.
Je vois toujours mon amant régulièrement, alors comment pourrais-je aimer mon mari ? J'ai de temps en temps une séance de sexe en groupe avec mon amant et quelques-uns de ses amis, alors comment puis-je aimer mon mari ? J'ai même joué à la prostituée, en me rendant dans un quartier chaud de Manchester, en louant une chambre et en ayant des relations sexuelles avec plusieurs hommes pendant quelques heures. La réponse est si évidente que j'ai été surprise que les gens suggèrent même que je n'aime pas mon mari. La réponse est : comment pourrait-il en être autrement ?

******************************

Vous avez lu l'avant-dernier cadeau de Paul pour moi, son cadeau ultime a été son soutien, sa compréhension et son amour lorsque je suis tombée enceinte. Je suis tombée enceinte le week-end suivant cette nouvelle dévastatrice que Paul était infertile. Mon amant m'a présentée à trois de ses amis pour une partie de jambes en l'air non-stop.
L'accouchement a provoqué des remous parmi le personnel de la maternité. Lorsque le travail a commencé, mon mari a téléphoné à mon amant et j'ai donné naissance à des jumeaux, une fille et un garçon, avec mon mari et mon amant à mes côtés.
Mon amant avait engendré Samantha, nommée en mémoire de son partenaire décédé. À ce jour, nous ne savons pas qui a engendré Adika, car son père est manifestement d'origine ouest-africaine, tout comme le nom de notre fils. Mon amant avait besoin de savoir s'il était père, les tests ont prouvé qu'il était le fier père d'une belle petite fille et ont également prouvé qu'il n'était certainement pas le père d'un petit garçon plein de vie. Les trois autres hommes ne veulent pas être testés et je ne me soucie pas d'insister. Les enfants ont un père, ils ont aussi un deuxième père, tous deux s'appellent Paul.

******************************

Est-ce que le fait d'être considéré comme le mari d'une femme blanche avec un amant noir et des enfants métis est la plus grande humiliation de mon mari ? Être catalogué cocu devrait l'être, mais je suis heureuse de dire que non, ça l'excite en fait. Vous savez ce que c'est quand les parents poussent un landau, tout le monde veut jeter un coup d'oeil sur les petits chéris. Les expressions de choc lorsque certains de ces gens regardent vers moi, puis vers Paul, et enfin vers moi, pourraient littéralement le faire jouir dans son pantalon.
Son moment le plus inconfortable a été d'annoncer la nouvelle à ses parents, qui sont plutôt rigides et conservateurs. Leur acceptation inattendue et immédiate de ma maternité et plus tard de nos enfants en tant que petits-enfants a fait plus pour l'attachement émotionnel de Paul que tout autre chose.
Mes parents m'ont bien sûr blâmée : "Comment as-tu pu ?" Le mépris qu'ils déversaient sur moi a commencé à avoir un effet et j'ai fait une dépression. Ce n'est que quelques mois après la naissance que Paul a traîné mon père au pub et lui a expliqué comment il m'avait incitée à prendre un amant et les raisons pour lesquelles il l'avait fait, y compris son incapacité à me donner la satisfaction physique dont il pensait si intuitivement que j'avais besoin. De son incapacité médicale et de notre besoin d'avoir un enfant, un enfant que nous avions essayé de concevoir pendant plus d'un an avant que je ne tombe enceinte. De la façon dont je suis tombée enceinte avec un bref aperçu de ce qui était essentiellement un gangbang de deux jours et demi, apparemment le visage de mon père était une joie à voir. De la façon dont les parents de Paul, qui étaient si à droite qu'ils se penchaient aux chevilles, ont accepté nos enfants comme les leurs. Et bien sûr, si Paul lui-même pouvait accepter des enfants conçus par d'autres hommes comme étant les siens, alors les parents de la mère pouvaient au moins montrer un peu de respect pour nos choix.
En rentrant à la maison, mon père m'a pris dans ses bras et a pleuré en m'embrassant. Il a soulevé les bébés de leur landau et s'est assis dans son fauteuil préféré en les berçant dans chaque bras. Ma mère n'a pas été amusée et il a fallu attendre deux semaines avant qu'elle ne commence à revenir à elle, probablement les deux semaines les plus difficiles de sa vie, mais maintenant elle adore ses petits-enfants.
Paul considère donc nos enfants comme un cadeau qu'il a pu m'offrir par un chemin très détourné.

D'autres récits sexy :